*
 

Les rois

Infos

Les rois

Le nègre n’est pas. Pas plus que le Blanc. Tous deux ont à s’écarter des voix inhumaines

qui furent celles de leurs ancêtres respectifs afin que naisse une authentique communication.

Frantz Fanon

 

Les symboles réunis des douze rois de la dynastie des Houégbadjavi du Danxomé (peuple fon) sont, depuis la chute du royaume en 1900, le thème favori des tenturiers d’Abomey.

Les sources orales recueillies auprès des familles d’artisans, à Abomey, attribuent au roi Agadja (1708-1740) l’introduction officielle de cet art à la cour. Chaque roi possédait ses symboles et un « nom fort », souvent tirés d’un proverbe ou d’un événement particulier apte à marquer les esprits.

Les modes de transcription sont variés et parfois associés.
Houégbadja (1645-1685), par exemple, est un rébus. Il se décompose en houé (poisson), gbe (refus), adja (nasse). Le nom entier signifie que le poisson qui a réussi à sortir d’une nasse n’y retourne pas. Il est représenté par un poisson face à une nasse.

D’autres modes de transcription du « nom fort » renvoient à des allégories. Les rois s’identifient souvent à des animaux dont la puissance ou la sagesse ont toujours impressionné l’homme : buffle, lion, éléphant, baleine ou caméléon. D’autres encore utilisent l’image d’objets de pouvoir comme le fusil, le sabre, la pierre à briquet ou le trône royal.
Pour cette tenture, j’ai repris la forme désormais classique du damier de douze rectangles. Mais les douze rois représentés sortent de mon imagination, non par dérision, mais au contraire pour rendre hommage à ces souverains qui surent développer autour d’eux des arts de cour d’une grande qualité artistique.